Tenir compte de la nature

La Banque mondiale a mis au point une méthodologie inédite pour tenir compte de la valeur de la nature dans les modèles économiques. Nous avons travaillé avec eux pour mettre en évidence le lien entre la biodiversité et le développement économique, les impacts économiques d’un effondrement des écosystèmes et les politiques respectueuses de la nature qui constituent la meilleure voie à suivre.

Une photo de trois copies du rapport “The Economic Case for Nature”, disposés verticalement comme des livres les uns derrière les autres, sur un fond gris

Faire le lien (visuel) entre la nature et l’économie

Nous voulions créer un design intemporel et élégant qui incarne la relation entre la nature et l’économie. Nous avons opté pour une version abstraite d’un boulier, un outil de calcul utilisé depuis des temps immémoriaux. Nous avons ajouté des liens visuels avec la nature au moyen de couleurs vives et d’images, notamment d’animaux, de plantes et de la planète Terre.

Guider l’œil à travers la complexité

Pour guider le lecteur à travers la structure principale, nous avons alterné les couleurs des chapitres et joué avec notre concept de boulier pour ajouter des points de progression.

La table des matières est disposée sur deux pages avec un fond beige. À côté des noms de chapitres, il y a des petits cercles de couleurs alternées : bleu et vert. Dans l'image, il y a également trois couvertures de chapitre : le chapitre 1 est bleu avec un grand 1 en blanc et une rangée verticale de cercles blancs au-dessus, tous vides sauf un en bas pour représenter le chapitre 1. Ensuite, le chapitre 2 a un fond vert avec deux points blancs remplis, et le chapitre 3 est bleu avec trois points blancs remplis.

Chaque chapitre commence par une synthèse différenciée du reste par des couleurs, des bordures et des tailles de police. À l’intérieur de chaque chapitre, nous avons mis l’accent sur les éléments visuels (graphiques, cartes et diagrammes) avec des couleurs de fond et de grandes marges.

Il y a une page de synthèse à gauche. Elle comporte un fond beige qui contraste avec la page blanche et un en-tête vert épais contenant le titre de la section. La police de caractères dans le cadre beige ombré est également légèrement plus grande. Il y a également trois doubles pages extraites du rapport, présentant la mise en page générale. Les graphiques sont situés dans des encadrés sur la page, avec de minces bordures vertes, ils occupent toute la largeur de la page. Le texte, quant à lui, ne prend que deux tiers de la largeur de la page. Les marges sont larges et l'en-tête contient le numéro de page et le titre de la section.

Une question de poids

Ce graphique met en évidence un élément d’information jusqu’alors caché : la taille de la population de chaque région. Il donne un sens de l’échelle, un lien avec l’élément humain. Nous pouvons voir l’ampleur de l’impact non seulement en termes de variation du PIB, mais aussi en termes de nombre de personnes touchées.

Avant

L'image montre le graphique original à colonnes empilées avant la refonte. Les colonnes sont orientées vers le bas et sont composées de colonnes plus petites pour chacun des services écosystémiques. La dernière colonne, à droite, a un fond gris car elle représente les catégories totales. L'autre colonne représente les différentes catégories socio-économiques.

Explorer les effets des politiques publiques et la manière dont elles peuvent être combinées

La Banque mondiale a également tracé la voie à suivre en explorant des politiques publiques « respectueuses de la nature ». 

Ce nuage de points montre comment ces politiques nous seront bénéfiques, tant en termes d’évolution positive du PIB qu’en termes de prévention de la perte de terres. Le défi consistait à relier visuellement ces politiques entre elles, car elles sont souvent des combinaisons de politiques précédentes. Pour ce faire, nous avons utilisé trois couleurs pour les politiques de base, qui sont ensuite utilisées dans les scénarios politiques combinés.

Avant

Cette image montre la présentation originale des scénarios politiques. À gauche, nous voyons un rectangle gris intitulé "politiques de base", sous lequel se trouvent trois autres rectangles orange, l'un en dessous de l'autre, avec le titre des trois options politiques de base. À droite, nous trouvons une structure similaire pour les politiques combinées (un rectangle gris au-dessus de deux rectangles verts contenant le titre de ces combinaisons de politiques) et une autre pour les politiques combinées avec la recherche et le développement.

Avant

Cette image montre le graphique ES.3 original avant la refonte. Il s'agit d'un graphique avec des colonnes bleues et des points orange alignés horizontalement avec les colonnes. Chaque colonne représente un scénario et la hauteur de la colonne est basée sur la part de la conversation terrestre évitée tandis que la hauteur des points est basée sur la variation du PIB.

Trouver le bon équilibre pour atteindre nos objectifs

Convaincre le monde d’adopter les politiques nécessaires n’est pas une tâche facile. Pour faire valoir cet argument, ce graphique montre comment la perte économique causée par les restrictions de l’utilisation des terres (en flèches rouges dans notre visuel) est presque entièrement compensée au niveau mondial (fond blanc) par les gains économiques résultant de l’amélioration des prestations des services écosystémiques.

Avant

Cette image montre la figure ES.5 avant la refonte. Il s'agit d'un graphique à colonnes empilées avec le % de changement du PIB réel sur l'axe des y et chaque catégorie socio-économique sur l'axe des x. Chaque colonne est composée de colonnes empilées plus petites pour chacun des services écosystémiques de la biodiversité (sylviculture, pêche, etc.) en plus des facteurs politiques et autres facteurs. Une bordure épaisse indique le total.

Qui a le plus à perdre ?

En réorganisant la manière dont les données étaient présentées dans le graphique initial, nous avons pu identifier les groupes qui avaient le plus à perdre de la mise en œuvre de chaque politique, une information essentielle pour le processus d’engagement des parties prenantes. En outre, avec toutes les politiques affichées les unes à côté des autres, nous soulignons les avantages évidents de l’investissement dans la recherche et le développement (P6 et P7), car il augmente les avantages pour presque tous les groupes.

Avant

This image shows the original figure 18. It contains a scatter plot where the x-axis is the landowner rent difference 2021-2030 and the y-axis is the unskilled labor wage difference. Each dot is one of three policy scenarios in each country.

Accentuer l’élégance de la méthodologie

Comme nous l’avons mentionné, la Banque mondiale a développé une méthodologie inédite pour mener cette recherche. En décomposant chaque étape et en les reportant sur une matrice 2×2, nous avons mis en évidence l’élégance avec laquelle l’équipe a réussi à tisser une analyse aux niveaux macro et micro tout en naviguant entre les changements qui se produisent dans le monde naturel et les impacts économiques qu’ils auront sur nous.

Avant

Cette image montre la figure originale C.1. Elle montre un diagramme avec quatre colonnes différentes. Chaque colonne est liée à l'un des modèles utilisés par la Banque mondiale dans sa méthodologie. En haut de la colonne, le nom du modèle est affiché et en dessous, des informations supplémentaires sur le modèle peuvent être trouvées.

Donner du sens à la légende

Dans cette carte reprenant les zones agro-écologiques, nous avons modifié les couleurs pour refléter l’organisation des différentes zones. Nous avons ensuite conçu la légende dans une grille qui capture la nature des zones en termes d’environnement, d’humidité et de période de croissance.

Le lecteur peut maintenant saisir rapidement comment chaque zone se rapporte aux autres. De plus, même lorsque le lecteur n’est pas en mesure de distinguer deux couleurs similaires, les informations ajoutées sous la grille lui permettent de comprendre les caractéristiques environnementales d’une zone.

Avant

Carte du monde qui affiche 18 zones agro-écologiques dans des couleurs différentes sans lien apparent entre elles en raison de l’absence de légende. Les pays sont violets, bleu, turquoise, verts, orange, rouge et jaunes.
Vue de dessus du rapport ouvert à plat, sur un fond gris. Chacune des deux pages contient un graphique à barres en couleur, qui occupe presque toute la page.

Projets similaires

Comment créer un outil pratique et facile à utiliser pour guider la collecte et l’analyse de données qui assureront la sécurité des semences ?
Client: Sème l’avenir
Année: 2020
Comment transmettre l’immense opportunité de développement urbain de Bamako au profit de l’ensemble du Mali ?
Client: Groupe de la Banque mondiale
Année: 2018

We will be happy to help you reveal your worth. Here is how you can reach us.