Contre les cartes électorales

Francis Gagnon
9 novembre 2020

S’il y a un type de visualisation que le monde a regardé ces derniers temps, ce sont les cartes électorales américaines. Depuis que Trump a paradé sa carte préférée des résultats des élections de 2016, tout un chacun a discuté de meilleures façons de représenter avec précision le résultat de l’élection. Mais en fait, ce que la soirée électorale a démontré, c’est que les cartes sont au mieux un moyen mineur et rarement perspicace de montrer les projections et les résultats des élections.

 

Source: Carte par Russ Walker

 

Commençons par la carte ci-dessus. Vous pensez peut-être que c’est la carte préférée de Trump, mais elle montre en fait les résultats de l’élection de 2012 où Obama a été réélu. Pensez-y: nous ne pouvons même pas dire qui a remporté l’élection présidentielle américaine à partir d’une carte de l’élection présidentielle américaine, ni différencier deux résultats aussi différents. La seule chose que montre cette carte est la répartition géographique des États gagnés par l’un ou l’autre des candidats.

Imaginez maintenant que vous regardez une carte électorale d’un autre pays dont vous êtes moins familier. Choisie au hasard, voici une carte des élections de 2004 en Inde. Que voyez-vous ? Qui a gagné ? Était-ce un résultat serré ? Un renversement ? Quels ont été les facteurs du vote ? Grâce aux discussions à propos des cartes électorales américaines, vous doutez probablement que l’orange clair représente le parti gagnant simplement parce qu’il couvre la plus grande zone. Vous auriez raison parce que BJP a terminé deuxième, tout près de l’INC, représenté en vert clair. CPM a terminé troisième malgré une très petite superficie sur la carte.

 

Source: Map by Tejas81.

 

La seule chose que vous pouvez retenir, et c’est quand même intéressant, c’est que les partis semblent être quelque peu concentrés sur le plan géographique (encore une fois, qui sait sans la part du vote ?). Mais ce point ne peut pas être la seule motivation pour présenter les résultats électoraux. Et pourtant.

Si vous avez regardé CNN le soir de l’élection, vous avez été confronté à un barrage d’analyse par un John King extrêmement compétent soutenu par une carte interactive qu’il a manipulée avec les mains d’un chef chevronné.

 

 

Mais remarquez à quel point l’interface de la carte est maladroite dans cette vidéo. A 0:30, King veut montrer l’évolution de la différence de scrutin sur quelques heures. Il clique et clique pour afficher un petit nombre (entouré en jaune ci-dessous) qui change d’heure en heure, qu’il lit à haute voix. Comme à la radio, notre seul véritable indice est l’audio.

 

 

En attendant, ces informations et plus encore sont visualisées de la façon suivante sur le site web du New York Times.

 

Source: New York Times.

 

Vous pouvez voir la tendance, la part du vote, la part des votes estimés rapportés, le tout dans quatre états et sans un clic. Ce serait un jeu d’enfant d’ajouter le différentiel de décompte des voix à chaque graphique.

Vous trouverez ci-dessous une alternative à FiveThirtyEight qui montre le nombre d’heures supplémentaires d’une manière dont la carte ne peut s’approcher. Et c’est le décompte qui compte, pas la forme de l’état ou du comté.

 

Source: FiveThirtyEight.

 

De retour sur CNN, nous obtenons une analyse approfondie de ce qui se passe dans un comté clé de Floride, un état crucial au résultat, tout en regardant cette image, pour laquelle King bascule entre les résultats en direct de 2020 et les résultats finaux de 2016 (illustrés).

 

 

Un grand carré bleu. Nous voulons savoir si les derniers résultats sont une bonne ou une mauvaise nouvelle, s’il s’agit d’une nouvelle tendance, si cela est de bon augure pour un candidat ou pour l’autre, si c’est significatif pour les résultats de l’État. Nous ne pouvons rien voir de tout cela. John King doit tout transmettre verbalement, sur la base de ses connaissances approfondies, tandis que nous nous retrouvons devant un grand carré bleu.

CNN peut afficher une vue plus grande avec beaucoup plus de rectangles montrant des comtés dans un état entier, comme cet exemple de l’Ohio.

 

 

Cette carte n’est plus utile pour savoir ce qui se passe dans l’Ohio. La taille de chaque comté / couleur ne signifie rien, comme nous le savons maintenant. L’emplacement signifie peu. Certains pourraient dire, sur la base de connaissances préalables, que les villes sont bleues et les zones rurales sont rouges. Mais comment le savons-nous ? Alors que les noms des villes sont clairement visibles, les cercles qui les localisent sont à peine visibles.

Une fois que le résultat de chaque état est projeté, il est coloré sur la carte. Encore une fois, cela ne nous dit pas grand-chose sans connaissance préalable. Dans l’image ci-dessous, quelques états sont colorés en bleu ou en rouge. Pourtant, John King expliquait alors qu’aucune d’entre elles n’était une victoire significative puisque ces résultats étaient attendus. C’est impossible de le voir sur cette carte.

 

 

Voici une manière beaucoup plus utile de montrer la signification politique des projections état par état.

 

Source: New York Times.

 

Les états aux deux extrêmes sont ceux que l’on attend de chaque candidat. Ainsi, lorsqu’ils seront projetés, le public saura que ce n’est pas un appel décisif, qu’il était attendu. L’élection sera décidée ailleurs. Les états du milieu sont ceux pour lesquels il est le plus difficile de faire une projection. Chaque gain d’un candidat est probablement significatif. La mise en place évoque deux équipes marchant l’une vers l’autre, faisant des incursions sur le territoire de l’autre équipe. Joli détail: les états qui ont changé de parti depuis 2016 portent un motif hachuré plus sombre, attirant l’attention là où les données de conséquence sont affichées.

CNN n’est pas le seul à utiliser des cartes en direct. Sur MSNBC, Steve Konarcki fait la même chose, démontrant un niveau de compétences similaire à celui de John King de CNN. Sa mise en place lui permet de montrer les résultats de 2016, ce qui est très pertinent. Mais pourquoi est-ce si difficile de comparer ? Les chiffres sont séparés par un autre ensemble de chiffres, ils sont présentés différemment et ne sont même pas parfaitement alignés avec les résultats de 2020. L’espace de droite serait mieux utilisé avec un graphique qu’avec la carte des comtés.

 

 

Solutions imparfaites et alternatives

Examinons différentes cartes et comment les tentatives de faire mieux que la carte géographique est limitée par leur attachement à la représentation géographique d’un phénomène qui n’est pas principalement géographique.

Certains suggèrent que les cartogrammes sont une solution, car ils montrent la taille de chaque État proportionnellement au nombre de voix au collège électoral. Voici un exemple de Bloomberg.

 

Source: Bloomberg

 

En effet, le cartogramme corrige un problème des cartes géographiques: la taille des états est désormais proportionnelle à leur importance dans le collège électoral et non à leur superficie. Mais le résultat n’est pas une visualisation très utile. Il est encore impossible de savoir quel est le décompte pour l’une ou l’autre des parties, on ne sait pas quels états sont bouleversés et lesquels ont des résultats attendus, etc. Comment voir s’il y a plus de bleu ou de rouge ?

Déjà, voici une manière plus constructive de montrer les états par le nombre de leurs électeurs d’État, par USA Today.

 

Source: USA Today

 

En regroupant les électeurs par candidats, on peut voir si le nombre d’électeurs est significatif et si le seuil de 270 voix est à portée pour l’un ou l’autre.

Voici un autre classique du New York Times qui est apparu pour la première fois en 2012 si ma mémoire est bonne.

 

Source: New York Times.

 

Au lieu d’un va-et-vient effréné sur une carte, d’un bout à l’autre du pays, les analystes de la télévision pourraient montrer les états restants à projeter par ordre d’importance et avoir un visuel clair pour la métaphore du « chemin de la victoire » qu’ils utilisent régulièrement.

Une autre suggestion pour corriger la carte par état est de la colorer surtout en violet en proportion de la part des voix gagnées par chacun des deux principaux partis, plutôt qu’un binaire rouge-bleu qui montre le vainqueur dans chaque état. L’objectif est de montrer que les États-Unis ne sont pas aussi divisés politiquement qu’ils le paraissent.

 

Source: Purple states of America

 

La carte remplit sa fonction mais de manière très limitée. Premièrement, on n’y voit pas si la polarisation augmente, ce qui est la principale question sur le phénomène. Deuxièmement, il montre les données au niveau de l’État, occultant un degré de polarisation plus raffiné: le comté. Voici quelques histogrammes du Financial Times qui font un meilleur travail dans les deux cas.

 

Source: Financial Times

 

Mais cette carte et ces histogrammes montrent seulement que la polarisation n’est pas très géographique. En fait, ils ne capturent probablement que par procuration ce qui serait le vrai facteur de polarisation: la densité de la population. Les États et les comtés plus denses sont plus démocrates en moyenne. La création d’un graphique organisé par niveau de densité capturera la polarisation réelle d’une manière que la carte violette ne fait pas.

 

Source: Washington Post and Nikazen Center.

 

Toutes ces méthodes semblent redevables à la carte originale et ratent leur objectif en cherchant une illustration géographique de la polarisation. En parlant de la polarisation de l’électorat américain, on réfère généralement au fait que les électeurs sont de moins en moins réceptifs aux idées de l’autre parti. Le fait de voter pour un parti ne dit rien de l’ouverture à voter pour un autre. Je trouve les graphiques de polarisation au Congrès américain, comme celui ci-dessous, beaucoup plus révélateurs car ils capturent vraiment l’idéologie et ceux et celles que les électeurs ont choisi pour les représenter. Il y a d’autres bons exemple.

 

Source: PLOS ONE and Washington Post.

 

Une autre façon de modifier la carte par état est de représenter les comtés en fonction de la taille de leur population plutôt que de celle de leur région. Il y a des tonnes de variations, mais celle-ci est devenue quelque peu virale autour des élections de 2020.

 

 

Désormais, les zones denses qui ont voté démocrate sont visibles en proportion de leur forte population et les comtés rouges ne prennent plus un espace exagéré. Alors, que dit cette carte ? Là encore, cela montre la répartition géographique des électeurs, ce qui n’est pas très utile pour savoir qui a gagné, quels sont les moteurs des votes, qui a changé d’avis, etc.

Pourquoi les cartes électorales sont-elles si populaires?

Il y a des raisons pour lesquelles les gens créent et demandent des cartes. Elles sont désormais familières (il y a tout un article à écrire sur leur complexité et manque de convivialité, mais nous nous y sommes habitués). Leur forme et leurs subdivisions sont familières à certains, comme une sorte d’ordre alphabétique, rendant certaines unités politiques plus rapides à trouver. Et quelle que soit la façon dont nous y sommes arrivés, le familier a un avantage sur les nouvelles solutions.

Il y a une autre raison potentielle pour laquelle la carte géographique est utilisée pour l’analyse en direct à la télévision: elle éblouit et remplit le temps. Les déplacements constants gardent les gens divertis et les informations arrivent au goutte-à-goutte. Je regarde les chaînes de nouvelles en continu en moyenne une fois par an et ma tête finit toujours par tourner à cause des conversations constantes, des couleurs saturées et des changements de plans incessants. C’est un spectacle.

 

 

Je prévois qu’il faudra au moins une décennie avant que la télévision ne passe des cartes à des visualisations plus utiles et plus perspicaces. Il y a trop d’investissements dans le système actuel, à la fois dans la technologie et dans les connaissances. Beaucoup de gens bien placés et de grandes stars y sont habitués et ne voudront pas s’adapter à ce stade.

Une explication moins charitable est que nous aimons les cartes parce qu’elles alimentent nos idées préconçues sur certaines zones géographiques que nous connaissons bien. « Pour qui ces imbéciles / génies des élites côtières / rednecks ont-ils voté cette fois ? » Nous généralisons des régions entières du pays et y appliquons nos idées toutes faites. Peut-être que ça fait du bien, peut-être que c’est facile et simple et c’est pourquoi nous le faisons.

Que sont les bonnes cartes électorales

Toutes les cartes électorales sont-elles inutiles ? Bien sûr que non. Premièrement, elles montrent la répartition géographique du vote. Mais elles sont à leur meilleur lorsqu’elles illustrent la relation entre la politique et la réalité géographique. Un exemple qui a fait le tour des médias sociaux lors des élections américaines de 2020 est cette explication du lien entre le sol et la politique dans le sud-est des États-Unis. Cliquez sur ce fil, c’est fascinant (et j’espère que c’est vrai; je n’ai pas d’autre source).

 

 

Une autre utilisation de cette carte est la superposition des mines de charbon en Pennsylvanie avec les résultats des élections de 2006, ce qui suggère une certaine corrélation entre la réalité géologique et les électeurs à l’époque.

 

 

Si vous souhaitez utiliser une carte géographique pour expliquer les résultats électoraux, il est préférable d’avoir quelque chose de géographique à montrer à leur sujet. Le principe selon lequel vous organisez vos données a intérêt à être le principe explicatif de vos données, sinon vous avez raté une belle opportunité.

Francis Gagnon

Francis Gagnon

Francis Gagnon est le fondateur de Voilà: (2013), une entreprise de design d’information spécialisée dans le développement durable.
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Vous pourriez être intéressé

Aimez-vous être informé?

Partagez nos découvertes et restez au fait de nos réalisations en vous abonnant à notre infolettre.

Il nous fera plaisir de vous aider à révéler votre valeur. Voici comment nous joindre.